Comité de pilotage

Composition du comité de pilotage

Le comité de pilotage est composé d'un animateur et de 10 partenaires :
L'Aten, pôle de ressources et de compétences pour la nature, anime le Centre de ressources sur le Génie écologique.

Les partenaires du Centre de ressources sont :
- La Direction Eau et Biodiversité du MEEM
- La Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP)
- L'Union Nationale des Producteurs de Granulats (UNPG)
- La Mission Économie de la Biodiversité de la Caisse des dépôts et des consignations (MEB CDC)
- L'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema)
- La Tour du Valat (Tdv)
- Le Conservatoire du Littoral (Cdl)
- La Ligue de la Protection des Oiseaux (LPO)
- L'Union des professionnels du génie Écologique (UPGE)
- L'Association fédérative des acteurs de l’Ingénierie et du Génie Ecologiques (A-IGÉco)

Présentation de l'animateur du projet

L'Aten (Pôle de ressources et compétences pour la nature)

Le groupement d'intérêt public Aten contribue à la sauvegarde des espaces naturels par la mise en réseau et la professionnalisation des acteurs, en France et à l'international. Il réunit désormais 21 organismes responsables de la gestion de la nature et de la protection de la biodiversité.
Ses missions consistent à :
- rassembler, structurer et diffuser, avec les réseaux professionnels, les connaissances et méthodes pour la gestion durable des espaces et du patrimoine naturels ;
- développer des outils de planification, de gestion concertée et d'évaluation à l'usage des gestionnaires d'espaces naturels ;
- promouvoir la filière des professionnels de la nature ;
- animer les réseaux techniques et faciliter les échanges inter-réseaux.
www.espaces-naturels.fr

Présentation des 10 partenaires du projet

La DEB (direction Eau et biodiversité) du MEEM (Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer)

bloc-marque_meem_rvb_bd_red.jpgLa direction de l’eau et de la biodiversité a pour missions la préservation des ressources naturelles et la lutte contre la perte de biodiversité terrestre et marine. Elle préserve et valorise les espaces naturels français, vise à atteindre le bon état des eaux souterraines et de surface (y compris littorales) et à promouvoir l’utilisation durable des ressources minérales non énergétiques.
Pour mettre en œuvre ses missions, la direction de l’eau et de la biodiversité s’appuie sur les services déconcentrés DREAL, DDT-M et DIRM ainsi que de nombreux établissements publics dont elle assure la tutelle : les agences et offices de l’eau, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA), les parcs nationaux et l’établissement parcs nationaux de France (PNF), le Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres (CELRL), l’Agence des aires marines protégées (AAMP), l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Elle définit, révise et évalue les contrats d’objectifs qui lient l’État et ces opérateurs.
En matière de génie écologique, la direction de l’eau et de la biodiversité a réalisé un annuaire de la filière, un film sur le génie écologique et des fiches métiers et qualifications sur les acteurs du génie écologique. Elle soutient cette filière et contribue à sa structuration.
http://www.developpement-durable.gouv.fr

La FNTP (Fédération Nationale des Travaux Publics)

Organisation professionnelle dédiée au développement de la Profession et guidée par des valeurs communes, la FNTP rassemble 7 800 entreprises de Travaux Publics. Elle représente les entreprises de toutes tailles, spécialités ou régions qui construisent et entretiennent sur tout le territoire, les infrastructures (de communication, d’eau, de déchets, d’énergie, de loisirs) au service des populations.
La vocation de la FNTP est à la fois de susciter les meilleures conditions du développement du marché des travaux publics et d’accompagner chaque entreprise autour de trois axes : faire valoir les intérêts de la profession, faire connaitre la profession, conseiller et servir chaque entreprise.
www.fntp.fr/travaux-publics/j_6/accueil

L'UNPG (Union Nationale des Producteurs de Granulats)

L’UNPG est l’organisation professionnelle qui représente l’ensemble de l’industrie qui extrait des granulats, c'est-à-dire du sable et des graviers provenant de roches meubles, terrestres et marines, de roches massives calcaires et éruptives, ou du recyclage. Ces matériaux alimentent le secteur du bâtiment et des travaux publics.
L’UNPG regroupe plus de 800 entreprises qui exploitent environ 1 600 carrières et qui assurent 80 % de la production nationale. Pour l’essentiel, les granulats sont produits sur des sites de carrières. Il existe une trentaine de carrières par département. Elles alimentent une multitude de chantiers locaux de construction : rénovation de routes, construction de logements, de ronds-points, de bâtiments publics, de ponts… Les granulats y sont utilisés tels quels ou sous forme de béton et d’enrobés routiers.
Dans le cadre de la défense des intérêts de ses adhérents, la mission de l’UNPG consiste à les informer et à les accompagner dans la prise en compte d’enjeux tels que la santé-sécurité, la protection de l’environnement, la qualité des produits, le transport, la législation, etc.
www.unpg.fr

La MEB (Mission Economie de la biodiversité de la Caisse des dépôts et des consignations)

La Mission Économie de la biodiversité est une initiative de la Caisse des dépôts pilotée et gérée par CDC Biodiversité. Elle a pour objectif de créer et expérimenter des outils innovants afin de concilier développement économique et préservation de la biodiversité. Dotée d’un comité scientifique de renom, elle concentre ses travaux sur des thématiques telles que la biodiversité en ville, le financement de la Trame verte et bleue, les principes scientifiques de mise en œuvre de la compensation écologique, ou l’identification de mécanismes de financement innovants pour la préservation de la biodiversité. Il s’agit de développer des solutions d’avenir qui s’ancrent dans un développement économique à long terme, durable et prenant en compte la limitation des ressources naturelles. Au service de l’intérêt général, cette mission de recherche a vocation à partager et à mettre à disposition ses travaux à travers ses différentes publications.
www.mission-economie-biodiversite.com

L'Onema (Office national de l'eau et des milieux aquatiques)

logo-onema_red.jpgL'Onema, établissement public sous tutelle du ministère chargé de l’écologie, accompagne la conception et mise en oeuvre des politiques de l’eau grâce à son expertise et sa connaissance des milieux et des acteurs. Ses missions sont d’intérêt général :
• mobilisation de la recherche, production et diffusion d’expertises ;
• contribution à la surveillance de l’eau et des milieux aquatiques, et contrôle de leurs usages ;
• coordination du système d’information sur l’eau, mise à disposition de données au public et aux autorités européennes et locales ;
• contribution au financement de programmes prioritaires ;
• assistance aux services de l’Etat et des collectivités.

L’Onema comprend :
- une direction générale avec trois directions métiers (connaissance et information sur l'eau, contrôle des usages et action territoriale, action scientifique et technique) ;
- 10 délégations interrégionales et 90 services départementaux intervenant en partenariat notamment avec les services de l’Etat et les agences de l’eau ;
- un centre de formation, ouvert à l’ensemble des acteurs de l’eau ;
- près de 900 agents sur plus de 120 sites dont 5 outre-mer.
http://www.onema.fr/

La Tour du Valat

La Tour du Valat, située au cœur de la Camargue, est un organisme privé de recherche. Elle a la forme juridique d’une fondation à but non lucratif, reconnue d’utilité publique depuis 1978. Créée il y a 60 ans, la Tour du Valat a depuis lors développé des activités de recherche et de gestion pour la conservation des zones humides méditerranéennes avec le souci de " Mieux comprendre les zones humides pour mieux gérer ». Pour ce faire, la Tour du Valat, en partenariat, mène une triple action. Elle produit des résultats scientifiques, teste des pratiques de gestion et en assure, pour partie, la transmission auprès de différents publics. Son domaine qui englobe tous les habitats naturels représentatifs de la Camargue fluvio-lacustre, s’étend sur 2 600 hectares. Depuis juillet 2008, ce sont 1 844 ha qui sont classés sous le statut de Réserve Naturelle Régionale. La Tour du Valat, est aussi un centre de ressources documentaires.
www.tourduvalat.org

Le Conservatoire du littoral (CdL)
Le Conservatoire du littoral est un établissement public national créé par la loi du 10 juillet 1975. Il a pour mission de sauvegarder, en partenariat avec les collectivités territoriales, les espaces naturels, côtiers ou lacustres, d’intérêt biologique et paysager.
Son objectif est de garantir, à l’horizon 2050, la transmission aux générations futures d’un patrimoine naturel, terrestre et maritime, représentant le « tiers naturel » des rivages de la France métropolitaine et d’Outre-mer.
En 2015, le Conservatoire fête, avec ses partenaires, 40 années d’engagement pour le littoral.
A ce jour, le domaine terrestre et maritime sous la protection du Conservatoire est de 160 000 hectares répartis notamment sur 2 000 kilomètres de rivages.
www.conservatoire-du-littoral.fr

La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO)

Représentant français de BirdLife International, alliance mondiale qui réunit plus de 100 organisations de protection de la nature (2,5 millions d’adhérents dans le monde), la LPO a aujourd'hui 45 000 membres, et est présente dans 79 départements.
La LPO a été créée en 1912 pour mettre un terme au massacre du macareux moine en Bretagne, oiseau marin devenu, depuis, le symbole de l’association. Elle a pour but « la protection des oiseaux et des écosystèmes dont ils dépendent et, en particulier, la faune et la flore qui y sont associées et, plus globalement, la biodiversité ». Elle est dirigée par Yves Vérilhac et présidée par Allain Bougrain Dubourg.
Ses missions : la protection et la conservation des espèces, l'éducation et la sensibilisation
La LPO édite ses propres revues : L’OISEAU magazine, l’Oiseau MagJunior, Rapaces de France et Ornithos.
www.lpo.fr

L'UPGE (Union Professionnelle du Génie Écologique)

L’UPGE est une association loi 1901, regroupant des entreprises oeuvrant dans le domaine du génie écologique. Elle a pour vocation de contribuer à la structuration de la profession et au développement de son marché en France et l’international afin de créer une véritable filière d’excellence.
Les objectifs de l’UPGE sont les suivants :
1. Représenter les entreprises du génie écologique au plan national en participant activement à l’encadrement de la profession sur les plans normatif et  déontologique
2. Fédérer les entreprises du génie écologique autour d’une démarche éthique et promouvoir une concurrence loyale
3. Faciliter la coopération entre les professionnels de la filière en favorisant l’échange entre les acteurs, le retour d’expérience et le décloisonnement des disciplines
4. Permettre aux entreprises d’anticiper et de s’adapter aux mutations du marché et des métiers en France et à l’international
5. Stimuler l’innovation et la formation
www.genie-ecologique.fr

L'A-IGÉco (Association fédérative des acteurs de l’Ingénierie et du Génie Ecologiques)

logo_aigeco_red.pngFondée en 2014, l’A-IGÉco promeut le développement d’une ingénierie écologique et d’un génie écologique de qualité technique et scientifique avec 3 objectifs :
- Regrouper les réseaux existants dans les domaines de l’ingénierie écologique et du génie écologique, afin de favoriser les échanges entre tous les acteurs français (chercheurs, formateurs, praticiens, experts, entrepreneurs, décideurs et gestionnaires) concernés par cette thématique ;
- Renforcer et valoriser le niveau de compétences de ces acteurs et faire connaître leur niveau d’expertise et leur savoir-faire ;
- Accompagner le développement des marchés et la structuration de la filière.

logo-footer-top.png

logo aten  logo medde  logo FNTP  logo unpg  logo Aigeco logo tour du valat logo littoral logo lpo logo upge logo Aigecocenaampfpnrf