Restauration de forêts boréales et de tourbières

Porteur de projet: 
L'entreprise finlandaise Metsähallitus
Date: 
2007 - 2012
Cadre de l'action: 
Gestion des espaces naturels
Région: 
International
Milieux: 
Milieux humides
Milieux boisés
Types d'actions: 
Préservation / Gestion
Réhabilitation
Restauration

Environ un quart seulement des forêts dans les zones protégées du sud de la Finlande sont dans leur état naturel ou proche de leur état naturel (Similä et Junninen 2012). La plupart de ces forêts ont été exploitées commercialement à un certain moment dans le passé, avant d'être sélectionnées pour être protégées. Les principales menaces pesant sur les forêts de landes naturelles et sur leurs espèces caractéristiques sont les quantités insuffisantes de bois en décomposition, les modifications défavorables de la structure par âge du peuplement, la raréfaction des feux de forêt, l'eutrophisation et la fragmentation des habitats forestiers.

Les écosystèmes forestiers ont été gérés pendant des décennies pour promouvoir la biodiversité dans les zones protégées finlandaises, mais la restauration des forêts de landes n'a commencé qu'en 2003 par le biais de projets européens LIFE et du programme «METSO Forest Biodiversity for Southern Finland ».

Les feux de forêt occasionnels sont typiques des forêts boréales de conifères et, par conséquent, bon nombre d'espèces se sont adaptées au fil du temps aux arbres détruits par des incendies. Puisque les feux de forêt peuvent aujourd'hui être efficacement gérés, les espèces qui en dépendent sont menacées, en raison de l'absence de bois en décomposition (des dizaines d'espèces de coléoptères (p. Ex. Boros schneideri, Pytho kolwensis, Tragosoma depsarium, etc.), des dizaines d'espèces de polypores et de nombreux oiseaux nichant dans les creux des arbres (par exemple, Parus sp, Glaucidium passerinum, Aegolius funereus, etc.)

Les forêts d’eskers sont ensoleillées et sèches. Les feux de forêt étaient fréquents dans ces forêts finlandaises. Aujourd’hui, les feux de forêt ont quasiment disparu et depuis que beaucoup de ces forêts ont été transformées en forêts destinées à l’exploitation commerciale, le nombre de clairières (habitat lumineux) a diminué. Cela a eu un effet négatif sur les plantes, telles que le Serpolet (Thymus serpyllum), qui nécessitent de tels habitats. À leur tour, les insectes ont également souffert, notamment l’Apion Atomarium (un charançon) et le Merrifieldia leucodactylia (un papillon de nuit) qui se servent du Serpolet comme plante hôte.

Les tourbières utilisées pour l’exploitation commerciale comportent souvent des fossés de drainage. Les tourbières naturelles boisées sont devenues rares, en particulier dans le sud et l'ouest de la Finlande. Les tourbières boisées, en particulier les tourbières d’épicéas, fournissent toutefois un habitat à un certain nombre d'espèces d'oiseaux, d'insectes et de cryptogames.

En raison des pressions énumérées ci-dessus, le projet « Forest Life » visait à restaurer les forêts et les tourbières afin de maintenir et d'améliorer la diversité des espèces et la qualité des habitats dans les zones Natura 2000. Le projet visait en particulier la restauration écologique des forêts et des tourbières, la gestion des forêts où vivent des Pics à dos blanc et des forêts d’eskers, ainsi que la suppression des chemins forestiers inutilisés.

Il visait à améliorer l'état de conservation de 33 sites Natura 2000.

 

  • afb
  • logo medde
  • logo FNTP
  • logo unpg
  • Tour du Valat
  • logo littoral
  • logo lpo
  • logo upge
  • logo Aigeco
  • cen
  • fpnrf