Milieux aquatiques (cours d'eau)

Oser le génie végétal en rivière de montagne – Retour d'expérience sur les ouvrages Géni'Alp - Article hors série _Sciences Eaux & Territoires N°32

Encore peu utilisées sur les cours d'eau dynamiques comme les rivières de montagne, les techniques de génie végétal représentent pourtant une solution écologique et économique pour la protection des berges. En s'appuyant sur le retour d'expérience de plusieurs chantiers pilotes en France et en Suisse, cet article s'intéresse à la capacité des techniques de génie végétal à résister sur des rivières  de montagne associant contraintes climatiques, végétation et hydrologie particulière avec d'importantes contraintes physiques liées à l'eau et au transport solide.

Pourquoi rétablir la continuité écologique des cours d’eau ?

En France, plus de 60 000 ouvrages – barrages, écluses, seuils, moulins - ont été recensés sur les cours d’eau et sont potentiellement des obstacles à la continuité écologique. La directive cadre européenne (DCE), la loi sur l’eau de décembre 2006, le plan national de gestion pour l’anguille et aujourd’hui la loi Grenelle 1 du 3 août 2009 avec son objectif de mise en place d’une « trame verte et bleue » convergent vers la nécessité d’assurer la continuité biologique entre les grands ensembles naturels et dans les milieux aquatiques.

Quelles espèces utiliser pour le génie végétal aux Antilles ?

Solutions alternatives au génie civil pour la stabilisation des berges de cours d'eau, les ouvrages de génie végétal sont encore peu nombreux aux Antilles, alors que la richesse de la flore locale représente une ressource potentielle. Comment promouvoir et développer ces techniques ? Après une compilation bibliographique des expériences antillaises en génie végétal, cet article propose une méthode pour identifier les espèces locales pertinentes à utiliser pour lutter contre l’érosion des berges de cours d’eau.

 

 

 

Réalisation d’ouvrages de génie végétal appliquée aux berges de cours d’eau

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :

- Comprendre le contexte d’un chantier

- S’adapter à l’environnement naturel : adaptation d’une technique à un cas unique sur le terrain

-  Mettre en œuvre un chantier de génie végétal, réaliser des actions de plantation, bouturages, lits de branches, etc en sécurité

- Contrôler la qualité d’un chantier de génie végétal à l’aide d’outils comme les règles professionnelles de l’UNEP

 

CONTENU

- Discussion de l’adaptation de la technique de génie végétal retenue

Remise du prix national du Génie écologique - Paris

Pour la deuxième édition du Prix national du Génie écologique, l’Association fédérative des acteurs de l’Ingénierie et du Génie Ecologiques (A-IGEco), le centre de ressources « génie écologique » de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et la Direction de l’Eau de la Biodiversité (DEB) du Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) ont organisé une journée dédiée à la remise du prix aux lauréats.

Cet événement a eu lieu le 5 novembre à Paris (pavillon de l’eau) et a permis de récompenser 6 lauréats dans les catégories suivantes :

Pages

S'abonner à Milieux aquatiques (cours d'eau)
  • logo medde
  • logo FNTP
  • logo unpg
  • Tour du Valat
  • logo lpo
  • logo upge
  • cen
  • fpnrf