Le Ministère et son plan d'action

Le Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer (MEEM) participe à l'impulsion de la filière du génie écologique depuis 2012.

En 2014, le Ministère a publié une première version de l'Annuaire des entreprises du Génie écologique, il a co-organisé avec l'ASTEE (Association Scientifique et Technique de l'Eau et l'Environnement) un Grand prix du Génie écologique et il a rédigé un plan d'action pour la filière que vous pouvez lire ci-dessous.

Pour en savoir plus sur les autres actions menées par le Ministère sur le Génie écologique : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-genie-ecologique-une-filiere-d.html

LE PLAN D'ACTION DU GÉNIE ÉCOLOGIQUE

La filière génie écologique fait partie des 18 "filières industrielles stratégiques de l’économie verte" identifiées début 2010 par le ministère et qui font l’objet de plans d’actions nationaux ayant pour objectif de favoriser leur développement. Le plan d’action "génie écologique" s’articule autour de 3 axes et se décline en 12 objectifs.

I. Proposer une offre de génie écologique lisible et identifiée par tous comme indispensable pour atteindre les objectifs fixés par les politiques environnementales nationales et internationales

Objectif  1 : Assurer la mise en réseau des entreprises et acteurs de l’innovation dans le domaine du génie écologique

  • Aboutir à un accord sur la définition du terme « génie écologique » ou s’accorder sur un mot ou une expression adaptée
  •  Structurer la filière du génie écologique
    • a. Créer une fédération professionnelle du génie écologique (entreprises) ;
    • b. Créer un réseau des acteurs du génie écologique (entreprises privées, maîtres d’ouvrage, organismes de recherche…
  •  Créer un annuaire des entreprises de la filière génie écologique (bureaux d’études, maîtres d’œuvre, entreprises de travaux, fournisseurs)

Objectif  2 : Élaborer des référentiels communs à l’ensemble de la filière afin d’orienter et dynamiser la demande pour des réalisations de qualité

  •  Élaborer une norme recensant les bonnes pratiques à adopter en matière de méthodologie / gouvernance lors d’une opération de génie écologique
  •  Effectuer une (des) étude(s) permettant de mieux appréhender l’environnement dans lequel se développent les activités de génie écologique aujourd’hui :
    • a. Effectuer une étude de marché approfondie sur le génie écologique ;
    • b. Recenser l’ensemble des labels, qualifications, agréments… existants dans le domaine du génie écologique ;
    • c. Recenser les réseaux existants dans le domaine du génie écologique ;
    • d. Identifier les besoins de la filière en matière de compétences et formations.

Objectif  3 : Doter la filière de services et outils mutualisés

  •  Créer un réseau de centres techniques régionaux dans le domaine du génie écologique ;
  •  Réaliser un film de présentation de la filière

Voir aussi action n°2.a et 2.c.

Objectif  4 : Donner de la visibilité à la filière en mettant en avant les réalisations exemplaires

  • Créer un Grand Prix National du génie écologique
  • Créer un village génie écologique à Pollutec
  • Créer des vitrines technologiques pour faire connaître la filière et démontrer son caractère technique et innovant.

Objectif  5 : Renforcer et encourager l’innovation en génie écologique

  • Répondre aux besoins de financement de l’innovation : lancer des appels à projets pour financer des projets innovants en matière de génie écologique et s’assurer que la filière bénéficie des mécanismes de financement existants ;
  • Faire en sorte que l’ensemble de la filière contribue à orienter les programmes de recherche et appels à projets nationaux et internationaux :
    • Consolider les besoins de recherche émanant des acteurs opérationnels afin qu’ils contribuent à l’élaboration des programmes de recherche nationaux ;
    • Organiser la veille technologique à l’international et contribuer à l’orientation des programmes de recherche et appels à projets européens.

II. Organiser et développer des filières locales de fournitures et d’équipements pour les opérations réalisées en France

Objectif  6 : Développer une filière française de production de géofilets destinés aux activités de génie écologique

  • Soutenir le développement de géofilets de qualité destinés à des opérations de génie écologique :
    • a. Créer un groupe de réflexion au niveau d’un pôle de compétitivité pour mettre en relation distributeurs et fabricants de géofilets, acteurs du génie écologique et de la filière fibres 
    • b. Proposer un outil de certification / un référentiel NF / une norme… permettant d’évaluer la qualité des géofilets en fibres naturelles actuellement commercialisés en France.

Objectif  7 : Favoriser l’utilisation de matériel végétal d’origine locale dans le cadre d’opérations de génie écologique

  • Soutenir, via un appel à projet, des initiatives destinées à favoriser le développement de filières locales de semences et de matériel végétal indigènes destinés aux opérations de génie écologique.

Objectif  8 : Identifier ou développer des engins de chantier et outils adaptés pour diminuer les coûts

  •     Constituer un répertoire des « outils intelligents » utilisés en génie écologique et identifier des pistes de développement de nouveaux outils ou engins de chantier.

III. Faire de la France l’un des pionniers du génie écologique (ingénierie et maîtrise d’oeuvre) dans les pays émergents et en développement

Objectif  9 : Adapter les techniques de génie écologique aux conditions tropicales

  • Étudier l’opportunité de créer un "pôle d’excellence" sur le génie écologique en Outre-mer
  • Lancer des projets R&D pour adapter les techniques de restauration de milieux naturels au contexte tropical.

Objectif  10 : Inciter les grandes entreprises privées françaises ayant des chantiers à l’export à se faire accompagner par des spécialistes du génie écologique et sensibiliser au génie écologique les structures d’aide à l’export

  • Organiser des journées d’information sur le génie écologique à destination des directeurs développement durable des grands groupes français, des chargés de développement environnement d’Ubifrance…

Objectif  11 : Organiser la veille internationale en matière de génie écologique

  • Inciter les acteurs français du génie écologique à participer aux groupes de travail préparant des documents pré-réglementaires et l’élaboration de réglementations européennes
  • S’assurer que les dispositifs de veille économique et stratégique à l’international existants intègrent suffisamment les sujets biodiversité et génie écologique et sont connus de la filière.

Objectif  12 : Favoriser la réponse aux appels d’offres lancés par les bailleurs de fonds internationaux

  • Lancer une étude pour recenser les projets ayant été menés par des français à l’international dans le domaine du génie écologique (y compris agroforesterie, lutte contre la désertification…). Identifier les facteurs clés de succès et ceux expliquant d’éventuels échecs ;
  • Étudier avec le Ministère de l'Économie et des Finances (MINEFI) la possibilité de concevoir des FASEP-Études (Fonds d’Aide au Secteur Privé) à des montants compris entre 50 et 100 000 euros pour les PME de génie écologique.
logo-footer-top.png

afblogo medde  logo FNTP  logo unpg   Tour du Valatlogo littoral logo lpo logo upge logo Aigecocenfpnrf